Passer au contenu
Livraison offerte partout en Europe !
Livraison offerte partout en Europe !
Le Cambodge se tourne vers l'économie circulaire

Le Cambodge se tourne vers l'économie circulaire

Le Conseil national pour le développement durable et le ministère de l’Environnement, avec le soutien de la Suède, du Japon et du PNUD, viennent de lancer une stratégie nationale d’économie circulaire ainsi qu’une plateforme pour engager le secteur privé dans la transition vers une économie circulaire.

L’économie circulaire a pour objectif de produire des biens et des services tout en limitant fortement la consommation et le gaspillage des matières premières et des sources d’énergies non renouvelables. Ce modèle fonctionne en boucle : la notion de déchet n’existe pas.

Selon Say Sam Al, ministre de l’Environnement et président du Conseil national pour le développement durable, “la stratégie et le plan d’action pour l’économie circulaire visent à créer une solution gagnant-gagnant pour relever les défis actuels. Au lieu de se contenter d’extraire, de consommer et d’éliminer les matériaux, la stratégie vise à fermer la boucle de l’ensemble de la chaîne de valeur et à maintenir la valeur des matériaux aussi longtemps que possible”, a rapporté lepetitjournal.com

“L’économie circulaire a un fort potentiel pour susciter des changements sociaux et environnementaux positifs et pour créer de nouvelles valeurs économiques et des opportunités d’emploi diversifiées. Elle peut guider les voies de développement durable pour les pays à tous les niveaux de revenus, y compris le Cambodge”, a pour sa part souligné Nick Beresford, représentant résident du PNUD au Cambodge. 

Créée il y a tout juste 20 ans pour promouvoir le développement rural du Cambodge dans le respect de la nature, Confirel n’a pas attendu le lancement de cette stratégie nationale pour adopter les principes de ce modèle économique. Elle les met en particulier en application dans la plantation de Kep-Kampot où sont cultivés des poivriers ainsi que les fruits et les plantes nécessaires à la réalisation de sa gamme de produits santé bien-être : Morinda citrifolia, mangues, gingembre, jasmin, moringa, citronnelle, orthosiphon, etc.

Fonctionnant comme une usine verte, plantes, animaux, poissons, hommes travaillent ensemble dans cette plantation pour « produire sans détruire ». C’est ainsi que sont fabriqués sur place, dans la composterie, tous les intrants naturels nécessaires pour obtenir en bout de chaine des produits certifiés biologiques. Ces intrants sont issus de déchets recyclés, de bouses de vache, de mauvaises herbes, de feuilles d’arbre, de solutions de microorganismes, de feuilles, etc.

Dans cette « usine verte », on produit les matières premières, on les traite – récolte, triage, séchage, fermentation, conditionnement, etc. – avant qu’on les envoie à Phnom Penh pour leur préparation à la mise sur le marché local et international.

En savoir plus sur notre usine verte à Kep

Article précédent Le co-fondateur de Akos White en visite à Kampong Speu
Articles suivant Le sucre de palmier bio Confirel certifié produit de commerce équitable par Ecocert SA

Laisser un commentaire

* Champs obligatoires